Au début

Publié le 10 September 2019

Toutes les aventures trouvent leur origine dans une rencontre, découvrons ensembles cette histoire.

La notion de partage et de convivialité représentent les fondements de ma passion pour l’astronomie.

Cette rencontre a eu lieu à l’occasion d’une sortie astronomique au col d’Escot à Guzet avec mes amis Guy et Laurent en août 2016. Un touriste du Loir et Cher, Gérard, se trouvait à l’endroit même où nous comptions nous installer pour observer.

Le temps maussade ne présageait en rien une belle nuit étoilée, une épaisse brume occultait l’horizon des montagnes environnantes.

Mon optimisme coutumier m’incitait à encourager mes collègues à installer notre matériel d’observation. Nous voyant faire, Gérard vient vers nous, curieux de voir trois énergumènes s’installer malgré ce temps incertain.

Il nous fait alors part de son intérêt pour l’astronomie et nous informe que son télescope se trouve dans son camion (camping car). Devant notre enthousiasme, et après un cours de météorologie régionale, il installe rapidement lui aussi son équipement à proximité de nous.

L’astronomie allant de pair avec convivialité, nous voilà attablés tous les quatre pour un apéro dînatoire improvisé ; la magie opère, et rapidement Gérard s’intègre à notre petit groupe.

A vingt et une heure, lever de rideau ; et comme souvent après dissipation de la brume, le ciel apparaît particulièrement pur. Cette nuit se révèle lumineuse et Gérard paraît conquis par notre spot favori.

Depuis, chaque été, notre ami nous rejoint dans la région pour partager avec nous ces merveilleux moments de convivialité. En 2017, à l’occasion d’une soirée d’observation sous un ciel particulièrement dégagé, vers trois heures du matin, alors que nous étions bien installés dans nos fauteuils, notre discussion porte sur la création d’un observatoire dans le voisinage.

Gérard lâche tout de go : Pourquoi ne pas construire un observatoire astronomique ici même ?

L’idée paraît une évidence et le projet germe rapidement dans nos esprits. Il faut attendre l’année suivante pour qu’il puisse s’élaborer sur le papier et une année supplémentaire pour qu’il démarre concrètement. Aujourd’hui, nous pouvons affirmer que l’aventure prend corps.

La suite suscite l’extraordinaire engouement des huit personnes porteuses de ce projet ; elle est pour le moins surprenante et mérite d’être racontée.