Le fonctionnement de l’observatoire

L’observatoire disposera d’une forte autonomie de fonctionnement. Aucun raccordement physique aux servitudes habituelles, la construction “passive” permet une consommation d’énergie minimum.

L’énergie électrique sera produite à partir de panneaux solaires, et stockée directement sur place (batteries) en vue de satisfaire aux besoins du site la nuit.

La connexion au réseau internet sera réalisée par liaison 4G (avec si-besoin un système d’amplification de signal)

L’alimentation en eau, pour l’utilisation non potable, sera fournie par la récupération d’eau de pluie et de fonte de neige. L’eau potable sera acheminée par les astronomes amateurs.

Pour le traitement des eaux usées domestiques, nous favorisons un système de traitement biologique et écologique, ne consommant pas d’énergie, sans pièce mécanique et ne nécessitant aucun entretien. Le système retenu fera partir des filières compactes qui permettent une utilisation dans une multitude de configurations en fonction des contraintes du terrain.

La maintenance de l’ensemble de l’observatoire, tant pour les services généraux (bâtiments, énergie…) que pour les appareils scientifiques, sera assurée par les bénévoles.

La sécurisation du site pourra être réalisée par une clôture, et un portail d’accès, sur la partie Ouest et Sud, les deux autres côtés étant naturellement inaccessibles. Des caméras de vidéosurveillance et un système d’alarme complèteront la sécurité de l’observatoire.

La viabilité de ce type de fonctionnement a pu être démontrée sur le long terme, comme à l’observatoire du Pic de Château Renard situé sur les hauteurs de la commune de Saint Véran. Cet observatoire, géré au travers de l’association AstroQueyras, est un site fait par et pour la communauté d’astronomes amateurs, et son fonctionnement est analogue à celui décrit précédemment.